Du cyclomoteur au cyclo sans moteur !

Du cyclomoteur au cyclo sans moteur !

Mi-vélo, mi-cyclo, tout le monde ou presque le connait : le Solex ! Plus exactement le « VéloSolex » est commercialisé à partir de 1946. Il va par la suite coloniser les rues tout au long des années 50.

« La bicyclette qui roule toute seule »

Léger, peu cher à l’achat et à l’entretien, le Solex devient rapidement le premier véhicule pour des étudiants épris de liberté. Mais il sera aussi utilisé par les autres membres de la famille pour se rendre à l’usine ou au bureau. L’originalité de sa conception tient dans son petit moteur deux temps de 45cm3 placé au dessus de la roue avant. La transmission est assurée par un galet accolé au pneumatique. La simplicité du véhicule le rend particulièrement robuste et facile à réparer. Il est très apprécié notamment en ville où sa taille et sa légèreté lui procurent une grande agilité. Dans les années 50, il est même surnommé « La bicyclette qui roule toute seule ». Mais sa principale qualité tient peut-être dans sa consommation de carburant de 1,4 l/100 km !

Conception simple, sobre en énergie, maniable, à bien des égards le Solex était probablement un véhicule écologique avant l’heure. En effet, le problème de mobilité individuelle est encore plus prégnant de nos jours : villes saturées, pollution, coût de l’énergie….

Le scooter électrique : en route pour le XXIème siècle !

Et si le successeur du Solex était déjà sur les routes ? Le scooter électrique offre de nombreux avantages : plus confortable, plus sécurisant, il offre aussi la possibilité de transporter un passager. Silencieux, il ne dégage pas de particules et l’autonomie de la batterie couvre parfaitement les besoins pour un usage quotidien. Il très est séduisant avec son look vintage et ses formes arrondies. Et niveau budget, difficile de trouver mieux : pas de carburant, pas de révisions et une fiabilité à toute épreuve.

Encourager pour changer « demain »

Les pouvoirs publics ont aussi pris la mesure des enjeux liés à la transition écologique dans le domaine des transports. Différentes aides et subventions sont accordées pour les particuliers ou les entreprises pour l’acquisition d’un scooter électrique. Ainsi, au bonus écologique national, viennent s’ajouter une subvention de la Région Ile de France et une aide de la Ville de Paris. Même les compagnies d’assurances proposent des tarifs réduits…

Quelques que soient les raisons, les « deux roues » ont toujours eu leurs adeptes. Mais à lui seul, le scooter électrique cumule bien des avantages. Il est polyvalent et répond parfaitement aux défis soulevés par les besoins en transport individuel : agilité, rapidité, stationnement aisé… tout en respectant l’environnement !

ISD UP