Comment fonctionne une société offshore ?

Comment fonctionne une société offshore ?

C’est une question que beaucoup de gens se posent, et il n’est pas toujours facile de trouver une réponse claire. En général, une société offshore est une société qui est enregistrée dans un pays mais qui exerce ses activités dans un autre. Cela peut être un excellent moyen d’économiser de l’argent sur les impôts et de protéger vos actifs, mais il est important de s’assurer de bien comprendre toutes les implications avant de créer une société offshore. Dans cet article, nous allons parler de la façon dont les sociétés sont créées et de ce que signifie le fait d’avoir un siège social dans un autre pays – cela est souvent exigé par le droit international.

Les paradis fiscaux existent-ils ?

La première chose qui vient à l’esprit des gens lorsque l’on parle de sociétés offshore, le terme « paradis fiscaux » fait son apparition, mais derrière ce terme qui laisse souvent songeur se détermine tout simplement des endroits où les impôts sont réduits au minimum. Que l’on soit clair, les paradis fiscaux n’existent pas, car les lois d’un pays doivent être respectées partout. Ainsi, vous pouvez trouver des régimes à faible taux d’imposition ou même à taux zéro dans certains pays – légalement – et ces juridictions sont généralement de petites îles qui accueillent d’importants investissements étrangers pour plusieurs raisons : position géographique, stabilité, sécurité, etc.

En plus de cette description, les sociétés offshore sont souvent utilisées pour réduire les risques de fluctuation des devises, car certaines juridictions ont leur propre monnaie.

Ce qu’il faut savoir : une société offshore est légalement tenue, dans certaines juridictions, d’avoir une adresse de siège social dans son pays d’origine. Cela signifie que, même si votre société est physiquement située sur un autre continent, elle doit avoir un siège social dans son pays d’origine.

Qu’est-ce que « l’incorporation » ?

Il existe plusieurs façons de créer une société offshore. La plus courante consiste à créer une société dans un pays qui offre des conditions fiscales favorables, puis à l’enregistrer comme société étrangère dans un autre pays. Cette deuxième étape est appelée « incorporation » et consiste à faire de votre société une entité légale aux yeux de l’administration fiscale dans le pays dans lequel vous souhaitez exercer vos activités

Pour ce faire, vous devez désigner un représentant local qui sera chargé d’assurer la liaison avec les autorités et de s’occuper de toutes les formalités administratives de votre entreprise. Ce représentant est connu sous le nom de « secrétaire de la société » ou de « directeur »

Dans certains cas, il peut également s’avérer nécessaire d’obtenir un permis de conduire et d’ouvrir un compte bancaire dans le pays dans lequel vous souhaitez opérer.

Le secrétaire ou le directeur de la société doit être un résident du pays dans lequel votre société est enregistrée et doit avoir un passeport valide.

Les risques

La création d’une société offshore présente de nombreux avantages, mais il est également important d’être conscient des risques qu’elle comporte. L’un des le plus grand risque est que votre entreprise soit fermée par les autorités s’il s’avère qu’elle opère illégalement. Il est également important de vous assurer que vous connaissez les lois fiscales du pays dans lequel vous opérez, car vous pouvez être soumis à des impôts sur vos bénéfices.

L’importance de faire appel à un expert

C’est pourquoi, il vaut mieux faire appel à une entreprise spécialisée dans ce type de création d’entreprise comme Hawksford afin de vous épargner d’éventuels désagréments qui peuvent vous freiner dans votre projet. Il est bien souvent indispensable de faire appel aux services de personnes compétentes connaissant bien la législation locale.

ISD UP