Félicien Kabuga : une affaire judiciaire ultra sensible

Félicien Kabuga : une affaire judiciaire ultra sensible

La justice
La justice

Poursuivi pour génocide et crimes contre l’humanité, l’homme d’affaires rwandais Félicien Kabuga n’a toujours pas été jugé par le Mécanisme de l’ONU. Les raisons de ce retard seraient tout simplement liées à l’état de santé du détenu. Outre le fait qu’il ne serait pas apte à voyager vers Arusha en Tanzanie, Félicien Kabuga a fait part il y a quelques temps déjà qu’il désirait changer d’avocat. Maître Emmanuel Altit l’avocat de l’ex chef d’état ivoirien Laurent Gbagbo, a émis le souhait de se retirer de l’affaire. Il semblerait que ce procès va encore offrir quelques rebondissements.

Une affaire sensible

Rappelons rapidement les faits. Félicien Kabuga après 25 ans de cavale est arrêté en France le 20 mai 2020. Ce qui est reproché à cet ancien homme d’affaires c’est d’être le financier présumé du génocide rwandais qui s’est déroulé en 1994. A cette époque, Félicien Kabuga était le président de la radio Mille Collines et aurait participé à la création des milices hutu Interahamwe l’un des principaux bras armés du génocide rwandais qui a fait 800 000 morts selon l’ONU essentiellement dans la communauté tutsi.

En raison de son état de santé et de son âge avancé ainsi que de l’épidémie du covid, la défense a demandé à ce que leur client soit transféré au Pays-Bas plutôt qu’en Tanzanie. Aujourd’hui toujours à la Haye, Félicien Kabuga a fait savoir qu’il voulait changer d’avocat. Maître Emmanuel Altit avait lui de son côté fait savoir qu’il souhaitait se retirer du dossier. Considérée comme une affaire ultra sensible vu les charges contre l’accusé sachant que la radio Mille Collines a diffusé durant cette période des appels aux meurtres des tutsi. Bien évidemment Félicien Kabuga réfute les sept chefs d’inculpation à son égard. De même qu’il aurait en 1993 acheté massivement des hachettes en prévision du génocide mais ces faits ne font pour l’instant pas tranchés par la justice internationale.

Quoi qu’il en soit la défense de Félicien Kabuga a obtenu le fait qu’il reste en Europe plus précisément à la Haye plutôt que d’être transféré à Arusha. Selon l’avocat Emmanuel Altit se transfert violerait ses droits fondamentaux.

Avocat
Maître Emmanuel Altit © sipa press

Un procès qui se fait attendre

Après que la France ait transféré Félicien Kabuga à la Haye, ce dernier après maintes examens médicaux n’est pas jugé apte à subir son procès. Voilà pourquoi aucune date n’est fixée pour l’instant. Très attendu, le procès de l’un des acteurs présumés du génocide rwandais promet d’être encore fort houleux.

ISD UP